Polychromie architecturale – les Claviers de couleurs de Le Corbusier

Le Corbusier a été sans nul doute l’un des architectes les plus renommés et les plus influents du XXe siècle.

Pour lui, la mise en couleur d’un bâtiment avait une signification toute particulière :

«La polychromie, aussi puissant moyen de l’architecture que le plan et la coupe. Mieux que
cela : la polychromie, élément même du plan et de la coupe.»

Doté d’une grande sensibilité artistique, Le Corbusier a développé en 1931 sa première gamme chromatique constituée de 43 couleurs architecturales, déclinées en douze ambiances aux noms évocateurs tels que espace, ciel, velours et sable. En 1959, il compléta cette gamme par 20 teintes profondes et dynamiques : des couleurs vives, des valeurs chromatiques puissantes, terreuses, et un noir profond.

Le Corbusier fit son choix de couleurs en toute subjectivité – il choisit des tonalités issues de la nature, empreintes d’un contexte historique, artistique ou associatif.

C’est sans doute pour cette raison que ces deux collections se distinguent par une esthétique sans pareil qui, même après plusieurs décennies, n’a rien perdu de sa beauté, de sa puissance et de sa modernité. Toutes les teintes des Claviers de couleurs peuvent être associées en parfaite harmonie.

La «Polychromie architecturale» est donc à la fois un outil pratique et une œuvre d’art.